fbpx

Coronavirus Covid-19: The Break reprend les ateliers en présentiel à partir du 18 mai à Paris 17ème

Pour de nombreux parents, le déconfinement qui s’amorce ce mois-ci est synonyme de davantage de questions que de réponses : quel retour au travail, avec quels horaires aménagés et par quels moyens de transport ? et avec quelle scolarisation pour mon ado ?

 

Équilibre entre sécurité sanitaire et scolarité

Mais l’une des questions les plus préoccupantes pour les familles repose sur cette équation : trouver un équilibre entre sécurité sanitaire et scolarité. Alors que la reprise des cours en primaire et au collège est loin de faire l’unanimité chez les parents, la question d’une continuité pédagogique numérique qui dure jusqu’à l’été inquiète. Des lacunes, de la démotivation ne sont-elles pas en train de s’installer chez les élèves ?

 

Quand la démotivation et le décrochage guettent

Et quand les contours du cadre scolaire sont devenus trop flous, que l’école à distance, variable d’un collège-lycée à un autre, s’est réduite au minimum et que la discontinuité pèse, le décrochage guette. Décrochage ? une notion souvent stéréotypée que Le Terrain, structure Tremplin, jeune structure dédiée à l’accompagnement des décrocheurs, s’attache à définir. Les co-fondatrices Audrey et Camille, n’ont pas peur d’élargir sa définition : « le décrochage scolaire va au-delà de « l’abandon ou de l’arrêt” des études secondaires. Le décrochage, c’est se détacher émotionnellement, intellectuellement, ou physiquement de l’école. Et parfois, des trois façons. »

 

Rendre les adolescents adaptables

Redonner du sens à l’apprentissage en offrant de nouvelles expériences pédagogiques à des générations qui perçoivent l’accès à la connaissance si différemment : voilà ce à quoi s’attache la fine équipe du Terrain. Et c’est aussi le but qui nous anime à The Break depuis voilà un an. Comment ? en formant les collégiens et lycéens aux compétences de savoir-être : créativité, art oratoire, compétences rédactionnelles, écoute active, sens critique. Des soft skills, aujourd’hui valorisées à part entière par les directions des ressources humaines et qui viennent compléter les compétences dites techniques dans la formation d’un jeune.

Ces compétences sont pourtant trop souvent mises de côté dans le cursus scolaire français, d’ailleurs seuls 37%* des jeunes estiment que le système éducatif les prépare bien à entrer sur le marché du travail. Ces compétences sont néanmoins cruciales pour la future adaptabilité des jeunes sur le marché du travail. Quand on sait que 60% des métiers qui seront exercés en 2030 n’existent pas encore, il est vital de rendre le système éducatif réactif et les élèves agiles.

Cette période inédite rebat les cartes de l’apprentissage pour certains adolescents et dans tous les cas, fait réfléchir sur les modes d’éducation les plus adaptés pour son enfant. Ces semaines de déconfinement progressif et d’enseignement à distance offrent une occasion unique de faire faire l’expérience à son ado de formes éducatives nouvelles : e-learning, cours en groupes restreints, cours de méthodologie ou de langues, ou encore ateliers pour acquérir des savoirs-être. Et d’ailleurs pourquoi attendre les études supérieures pour cela ? Pourquoi ne pas mettre à profit ces semaines chamboulées pour innover, s’améliorer, se réinventer dans sa manière d’apprendre et de faire des expériences ?

 

De nouveaux ateliers formant aux soft skills

C’est ce que toute l’équipe des enseignants, coachs et animateurs de The Break va proposer aux collégiens et aux lycéens dès la semaine du 18 mai : nous rouvrons la plupart de nos ateliers périscolaires en présentiel à La Canopée, rue de Tocqueville à Paris 17ème, avec au programme :
• prise de parole en public sur le thème « Change The World » – en anglais
• atelier de débat philo Philosofun sur le thème « Me, Myself and I, Robot » – en anglais
• pour les lycéens, gestion du stress et technique de prise de parole pour cartonner à leurs examens oraux.

Ces rendez-vous hebdomadaires se déroulent sur 6 semaines jusque fin juin, en petits groupes qui favorisent la prise de confiance, le temps de parole de chacun et l’exposition à la langue anglaise pour les activités animées dans cette langue. Le nombre de places est limité à 5 par atelier, dans le respect des règles sanitaires et de distanciation. Ouverture des inscriptions le 6 mai !

 

A The Break, c’est ce que nous avons à cœur dans un horizon encore bien flou pour les adolescents, notamment ceux qui ne retourneront pas en cours avant septembre : leur apporter un peu de continuité porteuse de sens et de lien !

* Enquête Ipsos pour Wise et JobTeaser, Janvier 2019